Pierre Angers

Pierre Angers reçoit un doctorat honoris causa
de l’UQAM pour sa contribution exceptionnelle
au développement de l’éducation au Québec

Montréal, le 30 octobre 1999 — L’Université du Québec à Montréal a décerné aujourd’hui un doctorat honoris causa à M. Pierre Angers pour la contribution exceptionnelle qu’a apportée au développement de l’éducation ce maître à penser de la pédagogie moderne québécoise. Cette haute distinction lui a été remise par la rectrice de l’UQAM, Mme Paule Leduc, à l’occasion de la collation des grades du nouveau Secteur de l’éducation. La cérémonie a eu lieu en présence de M. Marc Turgeon, doyen de ce secteur, qui a recommandé l’attribution de ce titre honorifique.

Un maître à penser de la pédagogie moderne québécoise

Pour l’UQAM et son nouveau Secteur de l’éducation, qui forme plus du tiers des enseignants du Québec, l’héritage de Pierre Angers est inestimable. Sa carrière de professeur, qui a commencé en 1937, lui a permis d’expérimenter des approches innovatrices de l’animation de la vie en classe et d’élaborer, sur le plan théorique, une réflexion reconnue par tous ceux qui accordent à l’apprenant une place centrale. Cet homme de grande culture a oeuvré au sein d’organismes qui ont marqué leur époque et ont façonné le monde de l’éducation et de la recherche d’aujourd’hui. Ainsi, de 1949 à 1959, il a été membre du Conseil canadien de recherche sur les humanités alors que le Canada voulait se doter d’institutions et de politiques en recherche et en enseignement supérieur. Il a aussi siégé au Conseil des arts de la province de Québec, puis au Conseil supérieur de l’éducation qui venait d’être créé. Il a de plus assumé la présidence de la Commission de l’enseignement supérieur du Conseil supérieur de l’éducation de 1965 à 1968, en pleine période de réformes sociales et de mutations des valeurs au Québec. Il faut finalement souligner qu’il a assumé avec brio, de 1977 à 1980, le poste de président de la Commission d’étude sur l’avenir de l’enseignement supérieur et des universités. Une des retombées majeures de cette commission a été la réaffirmation du rôle de l’université dans la formation et le recyclage des enseignants des niveaux préscolaire, primaire et secondaire. C’est également à cette époque que des départements d’éducation ont vu le jour dans les différents établissements du réseau des universités du Québec et que des réajustements majeurs ont eu lieu dans les universités déjà dotées de structures analogues.

Des diplômés honorés lors des collations des grades

Depuis un an, l’Université a remis plus de 8 000 diplômes, dont plus de 1 200 aux cycles supérieurs, aux finissants de ses sept facultés et secteur, et plus de 1 200 pour le seul Secteur de l’éducation. Lors des collations de grades organisées cet automne, la médaille d’or du Gouverneur général pour les études de cycles supérieurs a été remise à M. Christian Tessier, diplômé de la maîtrise en chimie, pour une moyenne parfaite de 4,3. Un diplômé du baccalauréat en comptabilité de management, M. Yohan Larochelle, est aussi récipiendaire de la médaille d’argent du 1er cycle pour ses excellents résultats académiques.

– 30 –

Source : André Valiquette, Service de l’information externe
Tél.: (514) 987-3000 # 3268
Courriel : valiquette.andre@uqam.ca